L'événement

Le 4 octobre, c’est l’anniversaire de la Constitution de 1958.

En 2017, M. Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel, a souhaité qu’on puisse consacrer, chaque année, la soirée du 4 octobre à célébrer le Droit, dont la Constitution est la clé de voûte. En 2018, cette initiative est désormais partagée et mise en œuvre par de nombreux acteurs.

Le droit est mal connu de nos concitoyens. Pourtant, il régit tous les aspects de la vie des Français, même quand ils n’en ont pas conscience. Il protège les libertés, garantit la sécurité juridique, permet le règlement pacifique des conflits, assure le bon fonctionnement de la vie économique et sociale.

La Nuit du droit, par les manifestations les plus diverses, a pour objectif de mieux faire connaître le droit, ses principes, ses institutions, ses métiers.

La Nuit du droit en 2018

Le 4 octobre 2018, la Nuit du droit aura lieu sur tout le territoire national, en métropole et Outre-mer.

Au Parlement, dans des administrations, des universités, des juridictions, des barreaux, chez des notaires et des huissiers, dans des établissements publics et privés, seront organisées des tables rondes, des conférences, des pièces de théâtre seront commentées, ainsi que des films et des vidéos, des expositions, des concours d’éloquence, des consultations juridiques gratuites, etc… Le but est de présenter le droit, les droits, dans diverses situations, sur tous les tons, pour tous les publics.

Ce sera la fête du droit, pour tous.

L'éditorial de Laurent Fabius

Voici un an, s’était déroulée au Conseil constitutionnel la première édition de La Nuit du Droit. J’avais alors souhaité que l’année suivante, le 4 octobre 2018, ce soit, non plus l’institution que je préside qui en conserve les rênes, mais que dans le maximum de nos régions un ensemble d’acteurs puissent s’emparer de cette initiative pour la faire vivre. L’objectif en sortirait renforcé.
Ce vœu devient réalité : la Nuit du Droit 2018 se déroulera sur l’intégralité du territoire national et offrira une large palette de manifestations.

En effet, pour cette deuxième édition, qui coïncidera cette année avec la date du soixantième anniversaire de notre Constitution, nombre d’institutions ont fait leur cet événement et je les en remercie très chaleureusement. Dans beaucoup de villes, les habitants auront directement accès, non seulement à la variété de notre droit et à sa capacité d’adaptation, mais aussi aux professionnels des différents métiers du droit.

Par le contact qu’ils vont ainsi avoir avec les magistrats des juridictions de l’ordre judiciaire et de l’ordre administratif, avec les avocats, avec les facultés et les écoles de droit, avec les notaires et les huissiers, avec les collectivités locales, bref, avec la diversité des institutions participantes, nos concitoyens seront davantage encore convaincus que le droit structure tant la société dans laquelle ils vivent que beaucoup des actes de leur vie.

Un site La Nuit du Droit a été créé. Il permet à chacun de prendre connaissance de la variété des manifestations organisées par les institutions qui leur ouvriront leurs portes le soir du 4 octobre. Nos concitoyens pourront ainsi choisir entre une conférence, une table ronde, la reconstitution d’un procès, la projection d’un film suivie d’un débat, etc… Ils pourront aussi, dès le lendemain, découvrir sur ce site d’autres manifestations auxquelles les circonstances ne leur ont pas permis de participer directement à cette nuit-là.

À bientôt et plein succès à la Nuit du Droit 2018 !

Laurent Fabius, président du Conseil constitutionnel

Sur les réseaux sociaux

La Nuit du droit en 2017

La première édition de « La Nuit du droit » a eu lieu le 4 octobre 2017 au Conseil constitutionnel, à Paris. Elle a permis, selon l’expression du Président Fabius, de « croiser les regards de juristes, d’intellectuels, de responsables publics et de personnalités de la société civile » sur des sujets d’actualité. Pendant la soirée, devant un auditoire nombreux et passionné, quatre tables rondes ont offert de riches débats, sur les libertés publiques, l’intelligence artificielle, le droit du travail et le droit de l’environnement.

Robert Badinter, Laurent Berger, Bernard Cazeneuve, Isabelle Falque-Pierrotin, Lawrence Lessig, Guido Raimondi, Michel Serres, Cédric Villani, Jacques Aschenbroich, ou encore Raphaël Enthoven y ont pris part. L’événement a connu un grand succès. Plus de 1 000 personnes étaient présentes au Palais-Royal, dans l’enceinte du Conseil constitutionnel et dans les espaces extérieurs aménagés à cet effet.