La Faculté de droit de l'Université Catholique de Lille

60 Boulevard Vauban, 59800 Lille

De 15:00 à 22:00 : Conférences, tables rondes et ateliers

  • 17h30-21h – « La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen »

Evénement coordonné par Sarah Durelle-Marc (Maître de conférence en droit public, FLD) :

Conférence grand public (1 heure : histoire, enjeux, évolutions) par Yann-Arzel Durelle-Marc, suivi d’un atelier d’écriture autour de la question « écrire ou réécrire la DDHC aujourd’hui ? » avec les étudiants de Licence encadrés par les étudiants de Master et les enseignants. L’événement sera clôturé par une proposition de rédaction d’une déclaration actualisée.
La conférence se tiendra dans un amphithéâtre de la faculté (Rez-de-Chaussée Bâtiment Robert Schuman). Les tables rondes occuperont les espaces communs, pour favoriser la collaboration et la participation, et l’ensemble sera restitué publiquement.« Juger les faits de grève d’hier à aujourd’hui »,

  • 15h-18h – « Juger les faits de grève d’hier à aujourd’hui »

Conférence-débat et table ronde (tout public). Modératrice : Virginie Leblanc (FLD). Personnalités conviées : Mme Sabine Mariette (Présidente de la chambre sociale de la Cour d’appel de Douai), M. Maurice Zavaro (magistrat), Me Patrick Tillie (avocat), Me Slim Benachour (avocat). La conférence se tiendra dans un amphithéâtre de la faculté (Bâtiment Robert Schuman, RS 248).

Cet événement s’appuie notamment sur les travaux de recherche réalisés par le C3RD, dans le cadre de la réhabilitation des mineurs en grève en 1948. Une grande partie furent condamnés pour « entrave à la liberté du travail » et licenciés par les Houillères Nationales. Pourtant, le droit de grève avait été inscrit dans la Constitution de 1946 et trouve également sa place dans le bloc de constitutionnalité de 1958. Depuis, les mineurs victimes de ces contradictions ont déployé tous les moyens pour obtenir réparation du préjudice subi (loi d’amnistie, restauration des droits, reconnaissance du caractère discriminatoire et abusif du licenciement, cérémonie de réintégration officielle…).  Au-delà de cet exemple, la réflexion sur le droit de grève demeure d’une grande actualité et permettra d’ouvrir vers un débat entre professionnels du droit et de la justice sur la pertinence d’une nouvelle éthique économique, juridique et sociale des mouvements sociaux.

  • 20h-22h – Le Droit Canonique – Qu’est-ce qu’un tribunal ecclésiastique ?

2 ateliers d’une heure, animés par Anne Buyssechaert, maître de conférences en faculté de théologie et juge à l’Officialité (tribunal ecclésiastique), et le Père Raphaël Willot, vicaire judiciaire (responsable de l’Officialité au nom de l’archevêque).

Ateliers au cours desquels sera distribuée à chaque participant une situation matrimoniale qui, aux yeux de l’Eglise catholique, pose question quant à la validité du sacrement de mariage échangé par les conjoints, le mariage catholique étant à la fois une alliance et un contrat juridique entre un homme et une femme.
Chaque participant sera invité à réfléchir sur la situation qu’il a reçue, s’ensuivra un échange, une discussion, qui permettra aux participants de découvrir les procédures de reconnaissance d’invalidité de mariage dans l’Eglise catholique.